En cours de lecture

Après confinement, quelles envies pour nos intérieurs ?

5
Habitat

Après confinement, quelles envies pour nos intérieurs ?

Avec le confinement, le rapport que les Français entretiennent avec leurs intérieurs a été profondément bousculé. Ils ont pris et le temps de voir et de vivre ce qui leur convenait ou pas. Et, bonne nouvelle, leurs aspirations en matière d’aménagement se rejoignent avec celles de certains professionnels ! En effet, après le confinement, comment l’architecture, la décoration et le design peuvent-ils contribuer à une évolution sociale améliorée ? C’est une réflexion que nous avons envie de partager avec vous, cher lecteur, chère lectrice du blog. Nous avons été amenés avec d’autres professionnels à réfléchir à ce que nous pouvions apporter avec nos métiers. Nous souhaitons participer à une société plus juste et responsable.

3 pistes de reflexions professionnelles se dessinent dans l’aménagement

L’Eco-responsabilité :

Etre plus conscients et engagés dans des processus de fabrication plus responsables. Repenser les méthodes de fabrication, par exemple, dès la construction, en incluant le recyclage des matériaux et cela pour aller plus loin dans le recyclage de déchets valorisables. Des isolants en textiles recyclés, du parquet ancien, du bois récupéré, de la moquette en fil de pêche recyclé sont des solutions qui existent déjà. On peut aller plus loin que l’ameublement et la décoration. La construction et l’aménagement des volumes peuvent tout à fait intégrer des solutions durables et de ré-usage (déconstruire, pas démolir).

Le Made in France :

Relocaliser la fabrication est une autre piste d’évolution. En faisant attention à la provenance des matériaux et des produits finis, il est possible de se recentrer sur une fabrication plus locale. L’avantage est d’avoir plus d’indépendance et de faire vivre une chaîne d’acteurs petits et grands.

Puiser dans les ressources créatives locales, donner des opportunités de proximité, participer à la création de styles locaux et régionaux, voilà des propositions concrètes pour faire vivre sa communauté.

Acheter la création d’un artisan ou d’une artisane de proximité, c’est aussi faire vivre une économie locale. En effet, les circuits de distribution sont raccourcis et l’on peut voir clairement à qui profite l’argent que l’on dépense.

L’humain :

Axer les études et la création autour des personnes en fonction de leur façon de vivre et pas seulement sur un produit. En effet, créer des espaces de vie et de travail, des lieux où les gens se sentent bien, est un vrai renouveau. Malheureusement, de nombreux projets de construction ou de réaménagement priorisent l’enjeu financier et la rentabilité, bien souvent au détriment de la qualité de vie et du bien-être des habitants. Une réorientation mieux pensée, plus humaine et plus adaptée à la vie quotidienne est nécessaire.

En sortant de l’esthétique pure et en misant plus sur le confort (mobilier moelleux ), le bien-être ( plus de lumière, de calme ) et la nature, les professionnels pourraient répondre à une demande souhaitée par de plus en plus de personnes.

Coté utilisateurs, 3 envies majeures

Selon l’étude lancée par le salon professionnel Esprit Meuble qui aura lieu en décembre, voici un bilan de l’évolution des Français en matière d’habitation après l’expérience du confinement :

65% d’entre-eux se disent prêts à modifier leur style de vie : consommer plus local, moins consommer et cultiver le lien avec ses proches sont les trois premières envies.

La remise en question de l’organisation du logement est là. Le rapport au travail est différent avec le télétravail. La maison accueille le bureau, pas l’inverse. Et cette tendance va s’inscrire dans la durée.

Quelles envies pour chez soi ?

Optimiser les petits espaces est un vrai besoin pour les personnes après le confinement. 51 % des Français rangent plus depuis le confinement. L’expérience du tri avec conscience apporte plus de vitalité et de beauté en se libérant d’objets et de vêtements qui sont obsolètes. Et pour faciliter le processus, on peut appliquer les astuces du livre à succès de Marie Kando : la magie du rangement.

La modularité des espaces est une notion importante également. Selon les rythmes de la famille et les activités de chacun, il doit être possible de pouvoir modifier et ré-agencer l’espace. Ainsi, une pièce à vivre ne sera pas agencée de la même manière selon le w-e, la semaine et selon les horaires. Une conception pratique et facile d’entretien est plébiscitée, surtout avec des enfants à la maison.

Mieux circuler, épurer, simplifier chez soi : ce sont des envies simples et évidentes. Elles sont source de bien-être et rejoignent les notions du Feng shui.

Créer un espace bien adapté au développement de talents personnels comme la cuisine, la peinture, la couture, les ateliers créatifs avec les enfants, etc. Le confinement a révélé la créativité de nombre d’entre-nous avec l’envie de continuer à pratiquer post-confinement. Avoir une pièce ou un coin à soi pour faire cela est un souhait pour de nombreuses personnes.

 

Aussi, la nature est souhaitée dans nos intérieurs : 28 % des Français veulent pouvoir cultiver un peu de fruits et de légumes. Un balcon, une terrasse, un coin de jardin peuvent devenir nourriciers.

Et vous ? Après le confinement, envisagez-vous des changements dans votre style de vie ? Avez-vous des envies pour améliorer votre intérieur ( rangements, télétravail, espace épuré, etc) ?

Dites-nous cela dans les commentaires, cela nous inspire.

© Photos : DR

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *